EPI-REVEL | Revues électroniques d´Université Côte d'Azur
banière de la collection

Cette collection souhaite s’attacher à observer et à analyser la manière dont les représentations sociales et culturelles se renouvellent dans notre monde contemporain et avec quels effets. Celles-ci sont produites par le social tout en servant à cimenter son organisation –voire à la renouveler- : identités, rôles sociaux, rapport au monde… Aussi, est-il possible dès lors de questionner le rapport qui s’établit entre représentations sociales, nouveauté et renouveau.
Bien que le nouveau induise, dans une plus ou moins grande mesure lorsqu’il est réellement nouveau, une rupture dans le social, il est aussi la condition indispensable de son évolution. Se pose d’abord la question de son émergence : qu’est-ce qui permet de faire émerger, voire de créer, du nouveau ? Quelle est sa temporalité ? Ensuite, il faut envisager la question des possibilités de l’épanouissement, de l’adoption et du développement du nouveau. Les rapports entre renouveau et permanence étant complexes, il est légitime de se demander non seulement quel rôle jouent les représentations dans l’évolution du social mais encore comment l’institution et/ou le social eux-mêmes canalisent, définissent, sollicitent ou briment le renouveau ? Quelles tensions s’établissent entre subversions, canonisation et récupération de la nouveauté et du nouveau ? Quel est le rapport entre l’individuel, le collectif (par la mise en récit par exemple) et l’institutionnel (par la mythification) au sein de ces tensions ?
Autant de questions que cette collection souhaite s’attacher à explorer pour mieux imaginer… et comprendre le monde de demain.

DERNIÈRE PUBLICATION EN LIGNE

Nouveaux Imaginaires du Féminin

18 Décembre 2017

Les façons de nous représenter le monde sont informées par un héritage culturel, politique et historique produit, des siècles durant, par des élites dont l’homogénéité sociale conditionnait la vision du monde. Si le phénomène est observable dans tous les domaines, c’est d’autant plus vrai pour les rôles et les identités de genre, le croisement des discours biologiques, juridiques et culturels composant de la sorte une structure qui a durablement vertébré le social et l’individuel.
Depuis plus d’un siècle, l’émancipation des femmes, l’essor des mouvements décoloniaux et l’émergence dans les productions culturelles de points de vue portés par des groupes dits minoritaires ont contribué à mettre en place des discours alternatifs. Des réappropriations, des réinterprétations et des subversions ont eu lieu qui, sur un moyen terme, ont participé à infléchir les représentations de genre.
De ce fait, les sociétés occidentales contemporaines semblent évoluer vers un changement de paradigme où, si les femmes ont conquis les droits citoyens et exercent par ailleurs dans des secteurs d’activité variés, elles restent soumises à des exclusions non visibles, telles que le « plafond de verre » et une plus grande précarité dans le monde de l’emploi, ou des violences qui leur sont spécifiques (féminicides, harcèlement sexuel, publisexisme…).
Dans le sens où les exclusions non visibles semblent émaner pour la plupart des représentations, il s’agit pour le présent colloque de s’interroger tant sur les représentations alternatives apparues depuis plus d’un siècle que sur l’impact que certaines représentations inégalitaires peuvent avoir sur des questions non résolues concernant l’émancipation des femmes.
Les articles ici réunis se pencheront ainsi sur le récit de soi que portent les productions culturelles où lesdites minorités se sont positionnées en tant que sujet : quelles représentations et visions ils contiennent ; quel est leur impact. Ils concernent la presse mainstream, la presse à perspective de genre, les nouveaux médias –blogs, jeux vidéos- et la littérature.
Dans le sillage de la perspective mise en place par la « Loi de mesures de protection intégrale contre les violences de genre » unique en Europe et promulguée en Espagne en 2004, les textes se penchent également sur les questions se rapportant aux représentations dans la violence de genre. En effet, la loi espagnole repose sur l’analyse, engagée dès le préambule, selon laquelle la perception de l’inégalité constitue le principal élément déclencheur de ces violences (« Il s’agit d’une violence portée sur les femmes, du fait même d’être des femmes, parce qu’elles sont considérées par leurs agresseurs dépourvues des droits fondamentaux que sont la liberté, le respect et la capacité de décision », nous traduisons). Les réflexions mettent les perspectives contenues dans cette loi en dialogue avec les dispositions et perspectives d’autres cadres législatifs européens ; abordent l’étude des mesures éducatives mises en place par le gouvernement ou dans le cadre d’une démarche associative.
Le présent volume, issu des communications et des conférences plénières prononcées lors du colloque « Nouveaux Imaginaires du Féminin » qui s’est tenu à la MSH de Nice les
21 et 22 septembre 2017, a vocation à explorer au travers d’une approche interdisciplinaire les éléments de permanences des représentations inégalitaires, mais aussi les contenus et les imaginaires portés par les récits d’autoreprésentation. L’approche étant avant tout interdisciplinaire, il intègre des perspectives émanant des prismes de la sociologie, la critique littéraire, la narratologie, la philosophie, les sciences de la communication, le droit ou la psychologie.

Blog du colloque : https://colloquenif.hypotheses.org/

SOMMAIRE
Sara Calderon : Le symbolique est politique. Quel projet politique pour contrer les violences interrelationnelles structurelles?

Lucie Bernard : Twilight : un recit feminin du patriarcat au 21e siecle

Liza Steiner : L'écriture féminine du désir : libération/libéralisation

Anne-Charlotte Millepied : Représentations alternatives du genre : l’incorporation d’un ethos combattif dans la pratique du de l’autodéfense féministe et du karaté en non-mixité

Adelin.E Leménager : Construction d’une histoire et d’une esthétique lesbienne et féministe à travers la réinterprétation du mythe des Amazones

Charlotte Comtois : Prendre la parole et la rue : agentivité et subversion spatiale dans Pute de rue de Roxane Nadeau

Samira Boubakour : Femme et genre au prisme des manuels scolaires

Muriel Boisvilliers : Les femmes obèses, éternelles et incroyables discriminées ?

Ludivine Alienne Diss : S’emparer de la robotique humanoïde, ou comment une approche genre permet de penser le robot

Saadia Taouki : L'identité féminine dans le roman marocain: déconstruction du réel à travers l'imaginaire dans Rêves de femmes de Fatema Mernissi

Cédric Courtois : Everything Good Will Come (2005) de Sefi Atta : un Bildungsroman féminin (trans)national

Maria Lehman : La métamorphose de l'objet : La nouvelle représentation de la femme dans l'art de la performance « féministe » des années 1960/ 1970

Xiaomin Giafferri : Entre tradition et modernité, la femme chinoise rurale d'aujourd'hui à travers Dix conversations sur la vie et la mort de Sun Huifen

Hélène Deville : Les constellations d'imaginaires du féminin dans le roman Vaca Sagrada (1991) de Diamela Eltit

Marion Coste : Pornographie et féminisme dans Femme nue, femme noire de Calixthe Beyala

Sara Calderon : ¿Qué retos para los nuevos imaginarios de lo femenino?

Sara Calderon : Quels enjeux pour les nouveaux imaginaires du féminin ?

Carole Viñals : L’Espagne d’une politique au féminin à une politique féministe

Nuria Varela : La violence de genre : le cas espagnol dans le cadre de l’Union Européenne, Violencia de género: el caso español en el marco de la unión europea

Jean-Laurent Rosenstrauch : Apports et limites des législations protectrices contre les violences de genre en Espagne, en France, et au Portugal

Thomas Planques : Représentations féminines dans le jeu vidéo : un tour d’horizon des courants dominants et des évolutions en cours

Guo Lanfang : Vers un nouvel imaginaire du féminin : l’écriture privée de Chen Ran

Magali Guaresi : Se présenter pour représenter. Inventions et réinventions des féminités politiques dans le discours électoral sous la Ve République (1958-2007)

Nicolas Faynot : La réception de la série télévisée sénégalaise Dinama Nekh : à propos des enjeux entourant la réussite de personnages féminins et la complémentarité du genre

Alicia Fernández García : La représentation des femmes en politique dans l’Espagne d’aujourd’hui

Marie-Joseph Bertini : Le Grand Récit de l'ordre symbolique, irréductible agent de l'organisation sociale ?



DONNEES DE RECHERCHE
EPI-REVEL: Revues électroniques d´Université Côte d'Azur